vacances pratiques


Version imprimable

Il est frais mon écureuil, il est frais…




Ami voyageur, ne soyez pas surpris si lors de votre prochain voyage à New-York, durant une promenade à Central Park, vous tombez nez à nez avec un Américain en treillis vert kaki, armé d’une fronde et embusqué derrière un fourré. Non, l’homme n’est ni fou ni pervers, il est tout simplement à la chasse.

A la chasse à l’écureuil ! Car, et c’est officiel depuis 48 heures, l'agence de protection de l'environnement américaine a déclaré le petit rongeur célèbre dans tout le New Jersey bon pour la casserole… Interdite en début d’année car la pollution avait rendue sa chair toxique, la consommation de l’écureuil est de nouveau possible moyennant quelques mesures de prudence. Ainsi, il est fortement déconseillée, pour des raisons toutefois inconnues, de faire bombance du petit animal plus de deux fois par semaine (!).
Vu de chez nous, la situation peut paraître ubuesque. Imaginez que ce genre de pratiques s’exporte… Cela pourrait donner lieu à des situations pour le moins rocambolesques : tir aux pigeons à Paris, course à la vache sacrée à Bombay, chasse à l’ours dans les Pyrénées… Je plaisante bien sûr et je tiens à préciser que l’écureuil ne se chasse pas, pas plus à New-York qu’ailleurs et que celui que vous aurez peut-être l’occasion de déguster un jour viendra d’un élevage dûment homologué.
Pour en savoir plus sur les modes de consommation, sachez que le Bureau de la pêche et du gibier du New Jersey fournit quantités de recettes d'écureuils en soupe, au barbecue ou à l'étouffé. Les amateurs apprécieront…

Stéphanie Clément
scg@vacancespratiques.com

Jeudi 1 Novembre 2007