vacances pratiques


Version imprimable

Haro sur la First




Ceux qui ont suivi de près le « pétage de plomb » de Jean-Luc Delarue, ont remarqué la petite phrase de l'animateur au micro de RTL, qui soulignait l'offre pléthorique de boissons alcoolisées à bord de la First d'Air France. Belle publicité pour le service à bord. Il est vrai qu'il est plus difficile de se « bourrer la gueule » en classe éco avec le très classique litron normalisé de coca light ou le whisky de base, sorte de thé frelaté, dernier vestige de la prohibition. Question cruciale : faut il alors supprimer l'alcool dans les avions ?

Georges Bush y avait pensé dans la liste des mesures de sécurité de l'après 11 septembre. Heureusement qu'un conseiller lui a rappelé que c'est justement ce qui différenciait un terroriste d'un passager. Le premier, au nom de ses principes religieux, s'abstient. Pas le second ! Mais la question de l'alcool n'est pas nouvelle. Mark Bertsein, journaliste vedette aux États-Unis, a dénoncé voici deux ans la forte présence de boissons alcoolisées dans les «business». Il faut dire que, largement imbibé, il avait été retrouvé en bonne compagnie dans les toilettes de l'avion. Énervé d'avoir été dérangé, il avait mordu l'hôtesse, frappé le steward et menacé le commandant de bord. Merci Laurent Perrier ou Jack Daniel.

Nous voilà donc devant le fameux principe de précaution. Pour éviter, il faut supprimer. Voilà quelques mois, aux Maldives, pour aller d'une petite île à une autre, j'ai pris un dhoni, le bateau traditionnel, dont le temps de trajet ne dépassait pas 5 minutes. Et pourtant, harnaché d'un gilet de sauvetage énorme, d'un jaune éblouissant, je me suis pris pour le vieil homme et la mer. Obligatoire. « Sécurité » me dit le capitaine de cette coque de noix. Aussi voici quelques idées pour le bien-être du vacancier : installer des barrières de sécurité sur la plage pour éviter tout contact avec la mer ou alors ne plus mettre de pieds au transat qui seront ainsi directement posés sur la plage (évite les chutes). Enfin, et cela serait sans doute la première grande mesure de sécurité nationale de notre futur président : interdire les vacances. Finis les crashs d'avions, les accidents de la route, le surbooking....

Marcel Lévy
ml@vacancespratiques.com

Mardi 27 Février 2007