vacances pratiques


Version imprimable

Et vous, que faites vous de vos images ?


La photo numérique est devenue la compagne naturelle du voyageur. Le disque dur de nos ordinateurs remplace la boite à chaussures utilisée pour ranger les tirages papiers et les soirées diapos sont devenues des "iPad party" . Je n'ose évoquer ici les soirées "Parkinson" de cinéastes bien décidés à nous faire voir en vidéo leurs dernières visites dans le monde, tremblements et balayages hâtifs compris. Autant ne pas trop manger avant. Mais au fait, que diable faites vous de vos images de vacances ?



La question est posée aux USA dans une grande étude menée par un magazine photo, Popular Photography, qui a demandé à ses lecteurs ce qu'ils faisaient de leurs photos de vacances. La réponse fait froid dans le dos : plus de 68% les oublient sur leur ordinateur où elles stagnent indéfiniment. Heureusement, pour les 32 % restant, l'image a une valeur qui dépasse le simple retour sur le passé. Plus de 22 % impriment leurs images (chez eux ou en boutique) et 10 % vont encore plus loin, en réalisant des "livres photo" pour leurs proches. Et c'est d'ailleurs la grande révélation de cette étude : le livre photo explose que ce soit en cadeau, en vente à l'unité auprès d'amis ou de collègues voire comme cadeau pour un anniversaire ou une fête de famille. Pour 90 % de ces fanas, montrer va au delà de la fonction "sociale" du voyage. On ne présente pas son voyage pour dire "J'y étais" mais pour sa vision humaine ou graphique. On a dépassé "le Raoul et Josette devant les chutes du Niagara", pour essayer d'atteindre l'ultra graphique qui ira du voile de brume à l'arc en ciel sur l'eau. Selon les industriels du livre photo, si la naissance de bébé et le mariage de la petite dernière sont encore les champions du domaine, le livre photo esthétique connaît un développement spectaculaire : plus de 50 % des demandes cette année au retour de l'été. Et la tendance n'est pas près de s'arrêter. Le marché devient mature et une librairie parisienne devrait prochainement consacrer un rayon entier à cette nouvelle forme d'édition. Ne doutons pas que d'ici peu, un festival sur le sujet va naître en France. On ira redécouvrir la photo... A moins qu'exposer un disque dur dans une vitrine ne suffise à nous faire dire "Nous sommes de grands voyageurs" !

Marcel Lévy

Vendredi 21 Octobre 2011