vacances pratiques


Version imprimable

En vacances, soignez votre vocabulaire


Un brin agacé par les contrôles, vous essayez de faire de l'humour, du 3ème degré auprès des agents de sécurité ? Méfiez-vous, vous pourriez être interdit de vol...



Bien sûr, tout le monde a un jour essayé de détendre cette atmosphère un peu pesante qui s'impose lors des contrôles de bagages et de voyageurs, même en partant en vacances. Mais cela ne se fait pas et Brian Mc Colghan, 64 ans, l’a appris à ses dépens. Il s’apprêtait à prendre un avion EasyJet pour le Portugal, le 15 février dernier lorsqu’il a été prévenu qu’il ne pouvait pas enregistrer son bagage en avance pour des raisons de sécurité. Il a alors répondu que «S’il y avait une bombe dans ma valise, je me ferai exploser moi-même». Ce trait d’humour n’a bien sûr pas fait sourire le personnel de la compagnie qui lui a immédiatement rétorqué qu’il «ne pouvait pas utiliser ce mot» ou bien la sécurité serait appelée. Penaud et voyant que son bon mot n’avait pas fait mouche, le sexagénaire s’est excusé. Mais l’incident n’était pas conclu pour autant. La police est effectivement venue pour le questionner et lui prendre son passeport. Malgré ses explications et ses excuses renouvelées, elle lui a ensuite refusé l’accès à l’avion et lui a demandé de quitter l’aéroport. Le mauvais plaisantin affirme que les gardes avaient ajouté qu’il ne pourrait plus jamais monter dans un avion du transporteur britannique. «M’entendre dire dans mon propre pays que je ne peux pas utiliser un mot du dictionnaire, c’est un non-sens», se plaint le passager à la BBC Three Counties Radio. EasyJet a confirmé que l’homme s’était vu refuser l’accès à l’avion mais a précisé qu’il n’était pas été banni à vie par l’entreprise. Encore heureux.

Il reste une morale à cette histoire: l'humour British, manifestement, c'est de l'histoire ancienne.

Anne Le Goff.

Jeudi 15 Mai 2014