vacances pratiques



En balade par les chemins de Provence

Authentique et ensoleillée, la Provence de Giono, Pagnol ou Cézanne se déguste par petites touches colorées, par chemins et par vaux qui se découvrent au hasard ou par des routes thématiques qui donnent l'occasion d'aller à la rencontre d'escales inattendues mais bien balisées. Une belle idée d'escapade à préparer pour le printemps ou l'été.



En balade par les chemins de Provence

Les Routes de la Lavande

En bleu et violet, voici les couleurs de cette Provence qui embaume, traversant une partie de la Drôme, du Vaucluse et des Alpes de Haute Provence. Les petites villages se parcourent en allant de production de miel de lavande aux distilleries, de préférence juste avant la récolte, de début juillet à fin août. Mais dès le mois de mai les champs sont magnifiques, et si la saison a été sèche, la récolte peut être avancée. A l'automne, la production d'eau de toilette, de savonnettes ou d'huiles essentielles bat son plein, c'est aussi un bon moment pour sillonner les chemins de lavande ! La fleur fait tellement partie de l'économie rurale de toute la Provence qu'il y a plusieurs routes à parcourir. En Vaucluse, elles vont du pays d'Apt au Luberon ou sillonnent le Pays de Sault et du Ventoux. Dans les Alpes de Haute Provence, la route court du pays de Forcalquier à la Montagne de Lure. A moins que vous ne préfériez le Pays de Digne ou encore celui du Verdon et le plateau de Valensole, pour découvrir Moustier Sainte Marie, La Mure-Argens et Saint André les Alpes ?

En balade par les chemins de Provence
Quelques repères
Les distilleries, parcs fermes et musées de la lavande sont comme un fil d'Ariane, partout indiquées sur les routes et les Offices de tourisme sont autant de points de repères. En Vaucluse, celui de Sault organise quelques 7 circuits autour de la lavande, conduisant de la Maison coopérative des producteurs au jardin des Lavandes, le jardin botanique et ses serres. (Office de tourisme de Sault, Tél.: 04 90 64 01 21). A Forcalquier, le circuit de la lavande permet une découverte des champs de lavande vus du ciel, en Montgolfière (Tél.: 04 92 75 10 02). A Salagon, dans les Alpes de Haute Provence, l'association Alpes de Lumière (tél.: 04 92 75 19 93) propose la découverte de la lavande sauvage et de la lavande cultivée ainsi qu'une visite comparée des distilleries modernes et traditionnelles. Au soleil couchant, pique nique à la belle étoile pour apprécier les parfums devenus plus intenses. A Valensole, l'Office du tourisme (tél.: 04 92 74 90 02) organise en juillet août des visites guidées qui conduisent notamment à la ferme Angelvin, pour une visite de la distillerie et de l'exposition des vieux outils. A Digne, l'Office de tourisme (tél.: 04 92 31 42 73) propose la visite des sites lavandicoles de la vallée de l'Asse ou celle du Parc rural paysager des Champs de Provence (Tél.: 04 92 31 90 80), à Champtercier, qui présente un éventail des plantations régionales ainsi qu'une distillerie, une bergerie, une volière, un pigeonnier ou encore un théâtre de verdure.

Du maquis d'origine au jardin des particuliers, la lavande colore partout l'horizon de la Provence et sort même parfois de ses murs: dans les Bouches du Rhône, entre Arles et Avignon, le musée des arômes et parfums de Graveson (tél.: 04 90 95 81 72) est installé dans un mas restauré du XIXème. Alambics, essenciers et flacons anciens émaillent la découverte du principe de la distillerie. Partout, la cueillette de l'aspic et de la lavande fine structure le paysage des collines avec ce bleu intense si particulier.

Les routes de l'huile et de l'olivier

En balade par les chemins de Provence
Noire et forte, ou verte et acide, l'olive est un produit du bassin méditerranéen et notamment de la Provence: Vallée des Baux, Aix en Provence, Vaucluse, Var, Haute Provence, Nyons et les Baronnies, les terroirs oléicoles Français constituent la route de l'olivier et de l'huile d'olive, avec pour chaque région ses spécificités, ses A.O.C et le savoir-faire des ses mouliniers. La taille des arbres débute fin mars et dès avril, les premiers bourgeons fleurissent les collines. Les fruits se forment ensuite pour prendre leur forme ovale définitive en juillet, mais la récolte n'a lieu qu'en novembre, si bien que les routes de l'olive se parcourent toute l'année.

Nyons, connue pour sa variété particulière, la Tanche (A.O.C.) est sans conteste le phare de cette production avec son Musée de l'olivier (Place Olivier-de-Serres à Nyons, tél.: 04 75 26 12 12) et ses 4 moulins en activité (Moulin Autrand Dozol, Moulin Coopératif du Nyonsais, Moulin Ramade et Moulin Rocheville). L'Office de tourisme y distribue un dépliant "Route de l'Olivier" qui conduit dans les villages perchés, dans les moulins à huile que l'on visite comme celui de Jules Ramade, dirigé désormais par sa petite fille, ou encore à la Coopérative du Nyonsais, où l'on apprend que l'olive est «tournante», c'est à dire verte en été, puis rouge violacé en automne, noire et ridée à maturité. On va au moulin de Buis-les-Baronnies, à Mollans sur Ouvèze (point photo magnifique), au verger centenaire de Nyons, au point de vue panoramique de Piégon. On passe aux sites remarquables de La Roche sur le Buis et St Mays ou encore au moulin de Mirabel aux Baronnies. Ce circuit permet de faire emplette d'olives, d'huile, de tapenade, de poteries, de tissus provençaux, de confitures, de savons et autres spécialités bien provençales. Il permet aussi d'admirer les paysage ou, de moulin en exposition, d'apprécier le goût et les bienfaits de l'huile d'olive dont le diction populaire affirme que "Quiconque mange des olives chaque jour de chaque saison, vit aussi vieux que les solives de la plus solide maison".

Les routes de la truffe, le diamant noir

Le plateau de Valensole
Le plateau de Valensole
Premier producteur de truffes au monde, la France doit surtout sa réputation trufficole au Sud Est qui livre 80% de la production nationale de truffes. En Haute-Provence, la "rabasse", mot rude et râpeux évoque un terroir au fort caractère. Bien que la variété botanique soit la même que celle récoltée dans le Périgord ou le Quercy, la truffe de Haute Provence possède les qualités goûteuses doivent tout à ce climat particulier et à ce sol de sable et de pierre. La zone trufficole des Alpes de Haute Provence est comprise dans deux bassins très différents : le plateau de Valensole dans le Verdon et le pays de Forcalquier en Haute Provence.

En balade par les chemins de Provence
Des étapes à découvrir

C'est plutôt en toute fin d'année que la truffe est reine, elle fait d'ailleurs le bonheur des tables de Noël. Mais la culture et la préservation du précieux champignon et ses parfums s'apprécient toute l'année. Sa découverte donne prétexte à un circuit gourmand riche de rencontres.

Ainsi à Redortiers, à quelques kilomètres de Banon, dans un vallon boisé nourri par des sources intarissables, vous découvrez le lieu de vie et de travail de Jean-Luc Bénard. Un piochon en main, quelques gâteaux en poche pour le chien, Jean-Luc nous ouvre le chemin qui conduit «A la découverte du diamant noir».
Quels sont les mystères de sa présence sur ces terres ? Pourquoi a-t-il choisi de s'associer à ces chênes ? Dans les serres, le lieu où s'opère l'alchimie de la symbiose entre l'arbre et le mycélium du champignon, Jean-Luc explique la mycorrhisation des jeunes plants, la diversité des essences utilisées et comment l'homme force la nature pour ses propres besoins. (tél. 04 92 73 28 96).

La Maison des collines
La Maison des collines
A Allemagne en Provence, au cœur du Verdon, la Maison des collines a été construite par Frédéric et décorée par Françoise. Elle est adossée à la colline de leur enfance, nichée dans la nature, comme un havre de paix au pays de la lavande et de la truffe.
Cette maison propose 4 chambres d'une décoration sobre et contemporaine. Chacune d’elles a un accès direct sur l’extérieur. Françoise a appris la cuisine de ses mère et grand-mère. Farcis ravioles, tians de légumes, farandole de tomates anciennes, agneau de 6 heures, autant de mets savoureux à base de produits de pays qu'elle propose aux convives de sa table d'hôte (Chemin Saint Veran 04500 Allemagne en Provence. Tél. : 04 92 72 07 38).

En balade par les chemins de Provence
A Montagnac-Montpezat, la Maison du Bois doré est nichée entre champs de lavande et forêt de chênes. Cette ancienne miellerie a été entièrement restaurée par Claude et Thomas. Située sur la petite commune de Montagnac, dans un cadre exceptionnel, ses 4 chambres sont accessibles par un chemin de terre à l'écart de la route pour les amateurs de calme. (Plan de Croix 04500 Montagnac-Montpezat. Tel.: 04.92.74.65.48).

Cette escale sera une belle adresse pour découvrir villages et collines. Montagnac-Montpezat, qui s'appelle ainsi depuis 1974 lors de la création du lac de Sainte-Croix, est un petit village tranquille que rien ne trouble mis à part son marché aux truffes qui se tient tous les ans en janvier. C'est là l'événement majeur du village qui contribue à sa notoriété : certains ne connaissent ce village que sous le nom de Montagnac les Truffes ! Mais point n'est besoin d'attendre janvier pour le découvrir avec ses ruelles étroites, ses parfums, son climat, sa lumière tellement caractéristique,


Grasse, la ville des parfums

Comment aller en Provence sans passer par Grasse, la ville des parfums, le siège notamment de la célèbre maison Fragonard. Dans cette cité entièrement dédiée aux odeurs, vous pourrez visiter plusieurs usines dont la parfumerie Galimard, avec une superbe collection de pièces de musée et de machines anciennes. Et le studio des fragrances propose des stages d'initiation aux parfums qui se concluent par la création de son propre parfum, que l'on pourra même commander à nouveau plus tard sur simple demande auprès de la parfumerie.
Durée : 2 h. Prix : 45 euros, parfum de 100 ml compris.
Route de Pégomas, 06131 Grasse. Tél.: 04 93 09 20 00

Lundi 1 Juin 2015