vacances pratiques


Version imprimable

Dieu y reconnaîtra les siens…




Santorin n’est pas Vegas, qu’on se le dise, et l’évêque catholique de Syros, de Santorin et de Crête est bien fâché. De nombreux touristes font en Grèce des mariages sur la plage. Pas de cela Lisette, explique l’évêque, qui réclame un retour aux valeurs morales.

La célébration de mariages sur les îles grecques des Cyclades, à Rhodes ou en Crète, en mer Egée, mais aussi à Corfou, Céphalonie et Zante en mer ionienne (ouest), voilà la dernière mode en matière de mariage. Une mode exploitée ces dernières années par les agences de voyages grecques et étrangères. Santorin est d’ailleurs la principale destination de ce commerce juteux : quelque 500 mariages de touristes venant d'Europe, d'Amérique, d'Australie et d'Asie y sont célébrés en moyenne chaque année sur la plage, avec romantissime soleil couchant sur la mer Egée presque garanti. Seulement voilà, Mgr Francisco apprécie peu. L'évêque catholique de Syros, de Santorin et de Crète, dans le sud de la Grèce, considère qu’il y a dévoiement de la cérémonie religieuse. Dans une lettre adressée aux prêtres de la région, il souligne que "les raisons invoquées par les touristes sont seulement romantiques, sans aucun bénéfice spirituel pour les mariés". Il indique que "dans un grand pourcentage, on remarque la frivolité dans la célébration du mystère du mariage qui entre simplement dans le programme d'un voyage d'agrément". L'évêque relève aussi que les demandes ne remplissent pas les conditions normales d'un mariage religieux, ignorant notamment s'il s'agit d'une première union.
De multiples sites Internet spécialisés proposent des formules tout compris, coûtant entre 2000 et plus de 4000 euros comprenant notamment, selon le prix, la provision de témoins, des ânes pour transporter les mariés, un prêtre et une bouteille de champagne français. Un vrai Las Vegas, mais l’église n’entend pas laisser faire.

Anne Le Goff
alg@vacancespratiques.com

Mardi 15 Juillet 2008