Deux fois plus de vols?



Le chiffre qui circule sous le manteau, dans les compagnies aériennes comme aux services de sécurité des aéroports, fait froid dans le dos. Depuis le contrôle des valises lié aux mesures de sécurité, les vols dans les bagages des passagers auraient plus que doublé: le scan est un bon moyen de repérage.... De petits larcins qui ne sont pas forcément associés à une plainte mais qui rendent le voyageur méfiant. Le sujet préoccupe, mais à ce jour aucune solution concrète n'a été trouvée.

Vol Air France, départ de Montréal vers Paris, petit disque dur laissé dans sa pochette sur le coin de la valise... Disparu ! 110 euros. Vol American Airlines, de Paris vers New-York, un petit pied photo, sur la longueur du sac. Disparu ! 59 €. A la rédaction, nous avons cinq ou six exemples de ce type. Rien de bien important, rien de très cher ! Mais de quoi agacer au retour ou au départ des vacances.
Premières ennuyées et lassées : les compagnies aériennes pour qui le mal souterrain est insupportable. Bien sûr, les contrôles existent et tous les six mois, des bandes organisées sont arrêtées. Les voleurs individuels voient leur cas traité plus discrètement. Inutile de faire trop de publicité autour de ces problèmes. Reste que la question doit trouver rapidement une réponse. L'association IATA des compagnies aériennes réfléchit activement aux parades à mettre en place même si, «officiellement», le mal est loin d'être aussi important que le veut la rumùeur insistante. Aux États-Unis, c'est l'un des plus grand cabinet spécialisé (filiale de la Brinks) qui travaille à ce problème. Et en France ? Rien à ce jour. ADP n'a pas souhaité répondre à cette question, nous promenant de bureau en bureau. C'est vrai qu'après les affirmations hâtives de De Villiers sur le sujet, on se méfie.
Pour le voyageur, le risque est là. Ne rien mettre de valeur dans une valise est une règle d'or à s'imposer. Bijoux, appareils photos et petits matériels doivent désormais voyager avec vous, malgré la petitesse des bagages à mains. Décidément, l'aérien est devenu un mal nécessaire qui aurait pu rester un plaisir.

Marcel Levy
[ml@vacancespratiques.com]mail: ml@vacancespratiques.com

Jeudi 15 Mars 2007
pub
pub