vacances pratiques


Version imprimable

Détention provisoire




Il est certaines consignes de sécurité que l’on pense inutile de préciser, tellement cela peut paraître évident. Dans les toilettes des trains et des avions pour exemple, certaines règles sont mentionnées, comme l’interdiction de fumer et l’importance de laisser l’endroit propre. D’autres ne le sont pas, tant cela semble être affaire de bon sens. Pour ceux qui, comme ce passager malchanceux, ne l’auraient pas compris : on ne met ni les mains ni aucune autre partie du corps dans la cuvette des toilettes, quelle que soit la valeur de ce que l’on vient d’y laisser tomber.

Difficile de ne pas sourire à pareille péripétie: un passager du TGV La Rochelle-Paris s’est retrouvé pris au piège dimanche soir dans les commodités du train, le bras coincé dans la cuvette. Le trublion des toilettes à grande vitesse tentait de récupérer son téléphone portable – objet indispensable en ces lieux – accidentellement tombé dans l’urne. L’aspiration indispensable à l'évacuation a condamné ce badaud à un voyage particulièrement inconfortable. Solidaire, le conducteur a bien sûr averti les passagers de la situation sans oublier aucun détails, avant de s’arrêter plus de deux heures en gare de Surgères en Charente-Maritime. La victime âgée de 26 ans a ainsi du être évacuée du train avec un beau bracelet inhabituel au poignet, puisqu'il a fallu démonter les toilettes pour la faire désincarcérer par les pompiers !
Voilà qui aurait pu inspirer Alfred de Musset pour son Petit Endroit, poême envoyé à George Sand, ci-dessous rapporté et modestement complété.

Vous qui venez ici dans une humble posture,
De vos flancs alourdis décharger le fardeau,
Veuillez, quand vous aurez soulagé la nature
Et déposé dans l'urne un modeste cadeau,
Épancher dans l'amphore un courant d'onde pur,
Et, sur l'autel fumant, placer le chapiteau
Le couvercle arrondi dont l'auguste jointure
Aux parfums indiscrets doit servir de tombeau.

Et jamais une babiole quelle qu’en soit la nature,
Ne peut-être sauvée une fois prise sous les eaux,
Au risque de subir pareil sort aux ordures,
Entre mille odeurs les mains prises en étau.

Alexis Dufour
ad@vacancespratiques.com

Lundi 27 Octobre 2008