Des vacances à l’économie

Pas de folies : les vacances se déroulent cet été sur le ton du raisonnable. Les étrangers ont repris le chemin de la France mais regardent la facture de près et les Français, s’ils ne sacrifient pas leurs vacances sur l’autel de l’économie, sont également regardants à la dépense.



En se basant sur une enquête du Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (Credoc) sur le comportement des Français pendant la crise, Hervé Novelli, secrétaire d’état chargé du tourisme, l’a souligné : "Il n'y a pas moins de Français qui partent en vacances (...) et on aura des chiffres de fréquentation en hausse ou au moins égal à l'année dernière", a-t-il précisé. "Par contre, ils vont dépenser moins, et c'est cela la nouveauté". Ce sont les chambres d’hôtes et les terrain de camping qui tirent leur épingle du jeu cette année, et comme toujours les hébergements en famille ou en tribu. Les maisons de campagne ou de bord de mer font le plein, les gîtes se partagent de plus en plus souvent, donnant le ton à des vacances entre amis ou avec des familles élargies. Attention à bien en définir d’emblée le mode d’emploi ! Si les grands-parents sont généralement volontaires pour assurer le petit déjeuner des plus jeunes –laissant ainsi les parents dormir- ils sont moins favorables au fait d’assurer les courses et la préparation des repas. De même un porte-monnaie commun, pour assurer les dépenses des repas, s’imposent pour les gîtes partagés. Des règles claires pour un esprit serein, voilà le ton à adopter pour que les vacances ne se transforment pas en cauchemar et récriminations !

Anne Le Goff

Lundi 9 Août 2010
pub
pub