Des hôtels très particuliers



Pas toujours facile de tenir un hôtel : entre les clients qui se laissent aller et la femme de ménage qui ne fait pas tout à fait son travail, il reste souvent des traces dans les baignoires, des coquilles d’œufs dans la douche et autres cancrelats à chasser des chambres. Rarement des pythons, mais c’est pourtant ce que vient de découvrir la cliente d’un établissement des pays-Bas.

Des araignées, des cafards, des scolopandres, c’est relativement fréquent. Agréable, je ne dirais pas, mais cela arrive. Il faut bien le reconnaître, il y a des hôtels dans lesquels on regrette de ne pas être venu avec son «sac à viande» de camps scout adolescent, pour ne pas être plus sale en sortant du lit qu’en y entrant. Beurk ! Ceux là, on les évite, et on souligne l’adresse auprès de ses amis, pour leur éviter l’aventure !
Parfois, la rencontre peut donner lieu à compensation agréable : je me souviens qu’après avoir chassé pour moi une sale bête de 3 cm de long dans la salle de bain, un majordome de New York est revenu m’offrir un vrai plateau de fromage, vin rouge assorti. Une vraie gourmandise ! Là, c’est plutôt un verre de gnole qu’il faudra à la cliente d’un hôtel néerlandais, qui a eu la surprise (le choc !) de découvrir un python vivant de 2,50 m dans les toilettes de sa chambre. Il faut dire que la petite dame - la pôvre ! - n’avait peut-être pas choisi au mieux son hôtel : l’immeuble possédait aussi quelques appartements dont l’un était un repaire de trafiquants d’animaux exotiques. La python avait réussi à prendre la poudre d’escampette par les canalisations de l’étage. Heureusement, le serpent avait du trouver sur son chemin une souris à croquer, puisque c’est endormi que les services de secours l’ont recueilli. Il aurait sans doute été moins simple de capturer le crocodile ou les salamandres du zoo provisoire !… La morale est sauve : trois trafiquants ont été arrêtés. Et la dame a sûrement droit à une nuit d’hôtel gratuite… Si elle ne court pas encore !

Annie Fave
af@vacancespratiques.com

Mercredi 17 Septembre 2008
pub
pub