Décrocher les étoiles



Bien des choses s’arrêtent en France en période pré-électorale, y compris dans des domaines qui semblent bien éloignés des préoccupations directement politiques. Et pourtant, les hôteliers vont devoir encore attendre avant de décrocher… la lune.

Quatre étoiles… et des cafards : il y a bien longtemps que les voyageurs ont renoncé à se fier aux étoiles « étrangères » pour sélectionner leur hébergement. Ils espèrent du tour-opérateur qu’il appliquera les normes françaises pour juger les prestations, mais la plupart du temps ce sont les normes locales qui sont affichées, et elles sont loin d’être compréhensibles ou équilibrées au niveau mondial ! C’est au mieux un thermomètre, au pire un outil marketing pur. Des 4 et 5 étoiles prolifèrent dans les pays émergents selon des normes aléatoires. A Bubaï, le Burj Al Arab s’est auto-proclamé 7 étoiles. Bref, c’est la confusion la plus totale.
En attendant que l’Organisation Mondiale du Tourisme se penche sur cette question certainement hautement sensible, donc difficile à gérer pour un organisme de l’ONU, les français ont tenté de balayer devant leur porte. Le classement date dans l’Hexagone de plus de 20 ans, 1986 exactement. Et malgré l’implantation à Paris de quelques Crillon, George V et autre Fouquet’s, officiellement, pas un hôtel de la capitale ne dépasse les 4 étoiles ! Ce n’est tout simplement pas prévu par le code. Le classement, attribué par le Préfet, se fait selon des normes de surface et d’équipement qui n’incluent pas le service, l’accueil ou même la propreté. Dire qu’il est désuet est donc un euphémisme. Pour compenser, quelques 150 labels ont été créés par des professionnels de l’hôtellerie, avec un succès inégal. Des groupes de travail ont commencé en novembre à…travailler sur la question, au Ministère, avec la bénédiction et la participation des professionnels du secteur. Las, leur activité a été suspendue, en attendant l’élection présidentielle. Et au Ministère, on affirme que ce n’est pas grave : « Tout le travail préparatoire aura été fait, permettant au futur gouvernement une prise de décision rapide ». Il est vrai que les étoiles savent attendre… Elles sont souvent inaccessibles.

Annie Fave
af@vacancespratiques.com

Dimanche 4 Mars 2007
pub
pub