vacances pratiques


Version imprimable

De bonne guerre….


Condoléances à ceux qui l’avaient enterré un peu vite : l’Ecocomparateur du voyagiste en ligne Voyages.sncf.com n’est pas mort.



Il était seulement menacé par des référés déposés par les compagnies aériennes Air France et British Airways qui demandaient son retrait pur et simple, remettant en cause son système de comparaison des prix et des rejets de CO2 entre train, avion et route. Air France contestait en particulier l'utilisation du critère d'émission de CO2 comme élément de comparaison entre les types de voyages, estimant qu’il était impossible de soutenir que le train était moins polluant que l’avion. La compagnie anglaise estimait, quant à elle, qu'il y avait publicité comparative illicite. L’une comme l’autre ont été déboutées de leurs demandes laissant ainsi à l’Ecocomparateur la possibilité de poursuivre sa route et, je cite les propos de la direction de Voyage.sncf, « d’évoluer en toute transparence, en dialoguant avec les transporteurs et les acteurs en charge de l'environnement et du développement durable ».



Peut-être faut-il souhaiter voir là l’ultime épisode d’un feuilleton qui dure maintenant depuis la sortie de ce petit instrument somme toute relativement inoffensif. L’attaque de la part des compagnies aériennes était de bonne guerre. La décision de justice rendue ne l’est pas moins. L’Ecocomparateur causant, très probablement, plus de dommages aux compagnies aériennes par la publicité faite en son nom que par les comparaisons diverses et variées qu’il engendre. Alors, Messieurs des compagnies aériennes, laissez l’Ecocomparateur poursuivre son chemin et trouvez, de votre côté, un moyen au moins aussi malin de faire parler de vous.

Stéphanie Clément
scg@vacancespratiques.com

Lundi 11 Décembre 2006