vacances pratiques


Version imprimable

Crise? Attentisme? ou logique?




Les représentants des professionnels du voyage n'arrêtent pas de souligner à longueur d'interviewes la mauvaise tenue de la saison d'été qui s'annonce. Réservations à la baisse, mollesse de la demande et attentisme sont devenus les griefs quotidiens des voyagistes qui ne comprennent pas pourquoi les ventes de l'hiver était bien meilleures que celles de l'été. La réponse pourrait nous venir d'Angleterre.

Dans une étude consacré aux consommateurs européens, les analystes de Clyders Institute, un centre d'étude sociologique installé à Londres, démontrent que la maturité de l'acheteur est devenue une composante essentielle à intégrer aux plans marketing. En clair, beaucoup refusent de payer deux à trois fois plus cher une prestation simplement parce que la période est traditionnellement demandée. Juillet et Août, mois pivots du tourisme ne pourraient justifier à eux seuls les hausses pharaoniques de tarif. C'est d'autant plus vrai que la population européenne vieillit et que, libérés des enfants, les consommateurs n'ont plus autant d'impératifs de dates que par le passé. Autre constat, surtout dans les pays latins, laisser ses enfants 5 ou 6 jours à des parents est devenu fréquent. On peut ainsi profiter du soleil au moment où les prix sont les plus bas.
Tous les pays analysés confirment l'idée que l'été, c'est la saison de la débrouille. Des vacances pas chers et des rencontres entre amis. Se faire héberger pour quelques jours, profiter d'un mobile home dans un camping au soleil ou louer un gite, autant de solutions qui sont devenues monnaie courante. L'été n'est pas forcément l'Eldorado du business dans le voyage mais reste la meilleure période de vacances des européens. Preuve de cette fameuse maturité du consommateur.

Marc Dandreau
md@vacancespratiques.com

Mercredi 27 Juin 2007