Coup de pub pour Ryanair



Annoncer des vols transatlantiques à 10 euros, le créateur de Ryanair, Michael O'Leary, n’en est plus à un coup de pub près. L’homme a deux qualités. La première est une évidence : c’est un gestionnaire hors pair, à la tête d’une compagnie aérienne qui réussit et qui a démontré à ses détracteurs son approche visionnaire du transport aérien. L’autre est moins connue : c’est un spécialiste de la communication qui a compris très tôt que "Pousser le bouchon" un peu loin a le mérite de faire parler de lui.

A l’exception d’un coup marketing occasionnel, le billet à 10 euros vers les USA ne devrait pas être une denrée courante. Tous les spécialistes du transport le disent : il s’agira d’une vente à perte, avec les limites législatives d’un tel procédé. Qu’importe, Michael O'Leary qui déclarait voici deux ans que ce type de transport long courrier était voué à l’échec, veut sa part du gâteau potentiel quitte à ne jamais ouvrir de lignes. Qui se souviendra dans deux ans de cette déclaration si le produit ne voit jamais le jour? Pas grave. La presse internationale aura repris l’info. La boucle est bouclée. C’est vrai que la talent de communicateur du bouillonnant patron de Ryanair est impressionnant. Un communiqué de victoire tous les trois jours adressé aux rédactions françaises pour démontrer les bons résultats de la compagnie. Des ouvertures de ligne annoncées à grand renfort d’informations envoyées aux journalistes…. Mais rien sur les fermetures de ligne ou les difficultés rencontrées sur le plan de la gestion sociale. Le chantre du libéralisme à tout crin n’aime pas que l’on vienne lui donner des leçons sur la gestion du personnel. Alors quand tout le monde reprend en cœur cette arrivée des vols à 10 euros, nous préférons saluer le communiquant en attendant de voir le produit mis sur le marché. Un réalisme prudent, c’est paraît-il de mode en cette période électorale.

Marcel Lévy
ml@vacancespratiques.com

Lundi 16 Avril 2007

pub
pub