Coco-tourisme



Un séjour 8j/7n en Corée du Nord pour 899€ par personne. Le prix comprend les vols aller/retour, l’hébergement en pension complète, dix minutes dans les pantoufles de Kim Jong-il, un cours de culte de la personnalité et une initiation à la torture ! Bonus, si vous partez en période électorale, vous pourrez corrompre vous-même un démocrate !

Pure fiction. Le communisme est pourtant objet de curiosité pour les touristes et fait le pain de nombreux hôteliers des ex-pays soviétiques. L’hôtel GRD, ouvert à Berlin depuis le printemps 2007, offre une immersion totale dans la vie d’un citoyen au cœur de la RDA. Mobilier authentique et portrait d'Erich Honecker au mur, le site internet de l’hôtel plaisante sur l’arrestation des clients au comptoir de réservation. Humour noir, nous rions rouge.
La République Tchèque joue également la carte du social-tourisme. Au cœur de sa capitale, le Pension Unitas est un hôtel aménagé dans les locaux de l'ancienne prison de la police communiste avec en attraction phare la cellule de l’opposant politique Vaclav Havel. Côté bourreau, certaines des résidences secondaires utilisées par Staline ont été reconverties en établissement hôtelier.
Véritable intérêt historique ou curiosité malsaine ? Quoi qu’il en soit, le tourisme rouge a encore de belles années devant lui avec les Jeux Olympiques de Pékin. Entre deux lancés de javelot, athlètes et badauds pourront se charger de breloques à l’effigie de Mao, sur les conseils d’un guide d’état dont l’impartialité n’est plus à débattre. Autre lubie du Ministère chinois de la Propagande, sensibiliser les cols blancs en déplacement à la lutte du Parti pour le pouvoir. Les agences de voyages et les business travellers locaux se lancent gaiement dans le «circuit révolutionnaire» avec au menu les étapes de la Longue Marche, le village natal de Mao et les sites emblématiques de la résistance anti-japonaise. La France n’est pas non plus à l’abri de la tendance et c’est à Montargis – oui, vous avez bien lu Montargis - que se précipitent les chinois sur les traces de Deng Xiaoping et de la révolution maoïste.
Mais nous avons aussi nos propres leaders communistes emblématiques. Alors le prochain buzz, un séjour «rites et coutumes» à Champigny, dans le pavillon de Georges Marchais ?

Alexis Dufour
ad@vacancespratiques.com

Mercredi 27 Février 2008

pub
pub