Choisir son été



Le fameux nuage puis l’arrivée de l’été ou presque dans l’Hexagone ont quelque peu raréfiés les clients dans les agences de voyage : avec le sentiment de bénéficier déjà d’une ambiance estivale, les vacanciers ont retardé leurs décisions. Plus que jamais, la « dernière minute » va être de mise en 2010 !

Faut-il ou non anticiper son été ? La question se pose chaque année. Il y a les précautionneux, les chargés de tribu, les très fixés, qui savent longtemps à l’avance leurs dates de vacances et qui, pour avoir exactement ce qu’ils veulent, savent s’y prendre à temps et décrocher leur téléphone ou leur mail pour réserver leur été dès janvier. Ils forcent mon admiration : entre les dates fluctuantes de mes propres vacances, l’agenda de ministre de mon époux, l’impossibilité de savoir bien tôt les invitations multiples auxquelles voudront im-pé-ra-ti-ve-ment répondre les filles, je ne sais personnellement jamais, avant la fin juin, quelles seront les dates de la pause estivale. Pour peu que des dates d’examens et d’oraux et des démarches d’inscription s’en mêlent, c’est même le début juillet qui fixe l’été ! Alors, comme chaque année, je ferais partie de la horde qui consulte frénétiquement les sites internet et interroge les amis pour tenter de réserver, en dernière minute, les dernières places disponibles. A moins, porte-monnaie oblige, que la démarche ne passe par les bonnes adresses de l’Hexagone. Il faudra alors renouer avec de vieilles connaissances qui ont le bon goût d’être sur la route des vacances ou même tenter de séduire la Belle-mère, pour lui extorquer la clé de la vieille maison de famille. Les bras m’en tombent à l’avance.
Cela dit, de bonnes affaires se présenteront sans doute : pas franchement débordés actuellement, les agences et tour-opérateurs auront bien quelques destinations à solder, des clubs à vendre et autres idées que je n’aurais pas eu, à prix bradés ? Tous comptes faits, faut-il alors s’y être pris à l’avance, ou sauter sur la dernière opportunité ? C’est chaque année le même dilemme !

Anne Le Goff

Jeudi 29 Avril 2010
pub
pub