Bordeaux, par le fleuve et par les cours

Son nom évoque à lui seul les délices œnologiques d'un région toute entière consacrée au vin. Bordeaux est plus que le fleuron de l'Aquitaine. C'est un mélange d'histoire et de modernisme, une ville où l'eau prend aussi toute son importance, où chaque ruelle porte en elle un souvenir heureux ou tragique d'un passé glorieux. C'est une destination d'escapade formidable au printemps !



Bordeaux, par le fleuve et par les cours
Bordeaux se livre au détour d'une cour, au centre d'une place majestueuse, le long de ses docks qui virent le monde entier venir déposer à ses pieds les trésors du nouveau monde. On ne va pas à Bordeaux, on la laisse venir à soi ! La ville aurait pu se présenter en une longue succession de chiffres : à trois heures de TGV de Paris, à moins de 45 minutes de l'Océan, à deux heures de l'Espagne, à trois heures des pistes de ski des Pyrénées, à une quarantaine de minutes des premiers grands vignobles que le monde entier nous envie. Capitale de l’Aquitaine, située au centre d'une Communauté Urbaine regroupant 27 communes de plus de 700 000 habitants, Bordeaux et ses 235 000 habitants accueillent plus de 2 millions et demi de visiteurs par an.

Mais ce serait un peu court de résumer la ville à une simple énumération numérique. Classée au patrimoine mondial de l'Unesco, elle se laisse traversée par la Garonne qui lui donne un petit air portuaire même si, aujourd'hui, le trafic reste faible, se limitant pour beaucoup à la plaisance et aux bateaux de croisière. C'est pourtant cette Garonne et son port qui ont fait la richesse de la ville, l'installant en tête de pont du commerce triangulaire vers l'Afrique et les Antilles. Faisant ainsi la fortune d'armateurs qui ont doté la ville d'hôtels particuliers qui signent une architecture flamboyante et un état d'esprit. Bordeaux s'admire... et se mérite !

Une ville construite par le temps

Bordeaux, par le fleuve et par les cours
Bordeaux et ses 1810 ha urbains constituent un mélange de boulevards, de rues et de ruelles où se croisent une richesse architecturale unique et une volonté de modernisme caractérisée ici et là par des bâtiments étonnants, aux lignes futuristes. Avec un peu plus de 363 monuments classés, trois églises réputées qui ponctuent le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, Bordeaux se reconnaît d'emblée derrière ses magnifiques façades du XVIIIe siècle qui racontent l'histoire de la ville dans les moindres détails.
D'ailleurs on ne peut pas parler de cette capitale d'Aquitaine sans évoquer son histoire. Elle remonte au premier siècle avant Jésus-Christ, chez les Bituriges, peuples gaulois de la cité Burdigala (d'où le nom actuel) qui plantent les premières vignes sur les bords de la Garonne. C'est un cépage venu d'Albanie, résistant au climat océanique, aux conditions géologiques de la région et à un climat où la douceur du printemps et la chaleur de l'été se marient à la rigueur de l'hiver. On sait comment il s'est développé, sous le soleil du Sud-Ouest ! Mais Bordeaux, c'est aussi une histoire mouvementée qui, pendant plus de trois siècles, accueillie les Anglais qui s'y installèrent des 1145. Jusqu'à la bataille de Castillon, à une cinquantaine de kilomètres de Bordeaux, qui les chassa de la région. Ils ont façonné l'esprit combatif et volontaire de la région et donné à la France cette image d'une reine visionnaire, Aliénor d’Aquitaine, qui épousa en 1154 Henri Plantagenêt. Est-ce l'attachement à cette histoire qui fait qu'aujourd'hui Bordeaux est très apprécié de nos amis britanniques, qui n'hésitent pas à venir s'y installer ?

Bordeaux, un héritage préservé du 18ème siècle

Bordeaux, par le fleuve et par les cours
Comme beaucoup de villes du sud-ouest, l'âge d'or de la cité est sans conteste le XVIIIe siècle. Premier port de France, Bordeaux commerce donc avec l'Afrique et les Antilles. Les remparts sont détruits et la vie médiévale se transforme en cité moderne avec de larges avenues et des allées plantées d'arbres. Les allées de Tourny sont créées et l'architecte Gabriel dessine les plans de la Place de la Bourse, ancienne place royale dédiée à Louis XV. L'ancien archevêché est détruit et Meriadeck de Rohan construit le palais qui porte son nom, devenu aujourd'hui la Mairie de Bordeaux. De cette époque, il reste un centre-ville étonnant, foisonnant d'avenues mais aussi de petites rues bordées d'hôtels particuliers aux façades surprenantes qui abritent bien souvent, en toute discrétion derrière les très hautes portes, de petits trésors d'architecture. Il n'est pas rare, en poussant un lourd portail de bois, de se retrouver au centre d'une cour pavée, souvent arborée et fleurie, qui donne sur des fenêtres à larges pans caractéristiques de cette époque.
Pour les découvrir, il faut flâner aux alentours de la rue Judaïque, de la rue du loup ou de la porte Dijeaux. À quelques pas de là, les antiquaires de la rue des Remparts conservent dans leur vitrine des éléments propres à l'histoire architecturale de la ville. C'est de là que l'on retournera vers la rue Sainte-Catherine, la rue du shopping qui part de la place de la Comédie pour s'en aller jusqu'à la place des Victoires. Devenue piétonne aujourd'hui, elle est toujours la première rue commerciale de France avec plus de 250 boutiques. À côté, le Cours de l'Intendance, plus chic, est l'une des artères les plus élégantes de la vie. Mais le modernisme a su également s'implanter au centre même de la cité. Place des Grands Hommes, le centre commercial coiffé d'un dôme de verre, s'ouvre au marché local tout en abritant une petite trentaine de boutiques.

Une ville à déguster

Bordeaux, par le fleuve et par les cours
Il ne saurait y avoir de bons vins sans une gastronomie appuyée. Amoureuse de son Sud-Ouest, la ville subit (et l'apprécie), l'influence culinaire venue d'Espagne. Bar à tapas et cuisine basque alternent avec les plats réputés de la ville. Le canard est le roi de la table. Tout se mange. Du magret au cou farci en passant le foie, la cuisse ou la carcasse, pas un établissement de la ville ne fera l'impasse sur cet animal, symbole de la région. Moins connu, le tourin au lait (en entrée) est à découvrir. C'est une simple soupe aux oignons mijotés dans le lait à laquelle on ajoute des œufs. La soupe aux orphies, les petites anguilles, se perd un peu même si le mélange vin blanc/poisson est d'une finesse exceptionnelle. Que dire des aloses grillées, des huitres chaudes du bassin aux blancs de poireaux ou de la pintade vigneronne ? De quoi saliver à l'avance et justifier la réputation gastronome de Bordeaux. Il faut aussi déguster les cannelés, nés de l'imagination des religieuses venues ramasser sur les quais les restes de farine tombés des bateaux. Un conseil, goûtez le bouchon, vignoble oblige, une friandise locale faite d'amandes broyées, de raisins confits et de fine de bordeaux. Enfin, venus de Saint Emilion tout prêt, là aussi à l'initiative des religieuses, le Macaron vient clôturer un repas où Sauternes, Petrus, Margaux et autres délices (dégustés avec modération) viendront faire exploser les papilles.

Le vin, une présence fastueuse

Peut-on oublier le vin dans cette visite bordelaise ? Impensable tant il est présent au quotidien que ce soit par la Cité du Vin, les boutiques spécialisés ou les visites guidées organisées par l'Office du Tourisme. Là encore, pour bien comprendre le poids de cette activité, il faut débuter par des chiffres. Bordeaux est le plus grand et le plus ancien vignoble de vins fins du monde, qui comporte 60 appellations et s’étend sur 115 000 hectares. L’activité vitivinicole représente un emploi sur six avec près de 10 000 propriétés, 300 négociants et 93 courtiers, une production de 6 millions d’hl et 3.37 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Tout est dit. Mais au delà de cet inventaire très technique, c'est l'esprit même du vin qu'il faut aborder. Il est présent partout, sur les quais, au centre ville et même sur les petits marchés où l'on croisera les petits producteurs venus faire eux mêmes la promotion de leur vignoble.

Dans la ville même, le quartier des Chartrons, berceau du négoce bordelais, abrite de majestueuses demeures, chais et entrepôts témoignant du dynamisme viticole. Mais c'est autour de la ville que le vignoble bordelais dévoile ses multiples attraits. Dans le Médoc au terroir exceptionnel se regroupent les plus prestigieux des Grands Crus classés ainsi qu’une multitude de châteaux aux architectures grandioses ou insolites. Dans la région de Blaye et de Bourg qui domine l’estuaire de la Gironde, ou sur la rive droite de la Garonne, avec Pomerol ou encore Saint-Emilion. Son village médiéval a été classé en 1999 au Patrimoine Mondial de l’UNESCO. Le vignoble se complète de l’Entre Deux Mers, la plus vaste région viticole du Bordelais, qui doit son nom à sa situation entre la Garonne et la Dordogne. Il ne faut pas oublier les Graves, berceau du vignoble bordelais, et de Sauternes qui s’étendent du sud de la ville jusqu’à la lisière de l’immense forêt de pins des Landes.

Faut-il visiter ces caves ? Oui si l'on veut comprendre cette industrie complexe, à la fois commerce et plaisir des sens. Mais pour les plus pressés, il existe heureusement une autre solution. Derrière la belle façade du 41 de la rue Borie, des caves voûtées accueillent le Musée du vin et du négoce de Bordeaux. Dans ces lieux qui ont abrité les barriques pour l'élevage des vins, ce sont des objets et des documents d'archives qui retracent le parcours exceptionnel des grandes familles de négociants mais aussi le savoir-faire ancestral des ouvriers des chais. Enfin, L’École du Vin de Bordeaux, qui dispose aussi d'un impressionnant bar à vins (3, cours du XXX juillet, 05 56 00 43 47), viendra transmettre la passion des grands crus à ses élèves d'un jour. Dégustations, exercices pratiques et visites de propriétés sont les grands principes pédagogiques des ateliers.
Bordeaux, par le fleuve et par les cours

Impossible de résumer Bordeaux sans citer ses monuments ou ses places qui vivent à la nuit tombée au rythme des 70000 étudiants de la ville. Difficile de choisir tel ou tel lieu sans froisser les susceptibilités. Car à Bordeaux on est resté fier de sa ville et personne ne se risquera à un classement de ce qu'il faut faire ou voir. Autant le dire, à Bordeaux, on ne fait pas qu'y passer. On sait déjà que l'on reviendra.

Marcel Lévy.

Itinéraire d'un visiteur gâté

Impensable de résumer la ville en un seul et unique itinéraire. Trop de richesses architecturales, trop de lieux insolites, de places et de placettes... Et pour voir tout cela, pourquoi ne pas louer un vélo électrique chez CO (Cyclo Urbain : 06 10 15 64 23). Commencez par une visite du Grand Théâtre de Bordeaux, véritable chef-d'œuvre de l'art architectural du XVIIIe siècle, puis arrêtez vous dans l'un des nombreux musées de la ville (gratuits) comme le musée d'Aquitaine qui présente l’histoire de Bordeaux et sa région, de la préhistoire au 20e siècle. Situé au cœur de la ville, il occupe depuis 1987 les locaux de l’ancienne faculté des lettres et des sciences construite à la fin du 19e siècle par l’architecte Pierre - Charles Durand, sur l’emplacement du couvent des Feuillants où Michel de Montaigne fut enterré en 1592.

Autre lieu à découvrir, le Muséum d’Histoire naturelle présente des collections de zoologie du monde entier (mammifères, oiseaux, reptiles, poissons mais aussi mollusques, crustacés et insectes), ainsi que la faune actuelle et fossile de la région. Envie de vous laisser porter, les promenades en bateau sur la Garonne donnent une autre vision de la ville et de son célèbre pont de pierre, majestueux, le plus ancien de la ville. On y découvre aussi le très moderne pont d'Aquitaine ou le moins connu, la passerelle Eiffel.

Bordeaux, par le fleuve et par les cours
Les bonnes adresses

Office du tourisme
12 cours du XXX Juillet
33080 Bordeaux Cedex
Tél.: 33 (0)5 56 00 66 00
Tél.: 33 (0)5 56 00 66 01
otb@bordeaux-tourisme.com

Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux
1, Cours du XXX juillet
33075 Bordeaux Cedex
Tél.: +33 (0)5 56 00 22 66

Visite des châteaux

Bordeaux Excursions
33000 Bordeaux
Tél.: 33 (0) 6 80 45 95 01
contact@bordeaux-excursions.com

Les itinéraires de charlotte
21 Place Amélie Raba Léon
33000 Bordeaux
Tél.: 33 (0)6 77 51 09 41
charlotte@lesitinerairesdecharlotte.fr

Rendez-vous au Château
5 rue de Condé
33081 Bordeaux cedex
Tél.: 33 (0)6 28 35 00 95
contact@rendezvousauchateau.com

Guides

A.G.I.C.A.
33000 Bordeaux
contact@agica.info

Histoire de voir
33000 Bordeaux
Tél.: 33 (0)6 61 13 07 05
contact@histoiredevoir.org

Jeudi 21 Février 2013
pub
pub