vacances pratiques


Version imprimable

Blog d'un jour, pas de toujours




Le très sérieux MIT de Boston s'est lancé dans une étude approfondie du phénomène «blog». Après dix mois de travail, le résultat laisse songeur. Pour cinq blogs qui se créent, trois disparaissent. Un phénomène qui s'accroît selon les thématiques concernées. Le voyage attire alors que le sport fatigue ! Mais le plus inquiétant pour les blogueurs, c’est le rayonnement limité du blog. A peine vingt personnes en moyenne par jour. Seuls 1% des blogs dépassent quotidiennement la centaine de visiteurs. Principale explication de ces mauvais résultats : le temps érode les bonnes volontés.

Cette étude, loin d'être un sondage ou une analyse précise de la société numérique, a le mérite de révéler que les habitudes sur internet sont loin d'être gravées dans le marbre et ne connaissent pas forcément les succès annoncés par les médias. De fait, dans l'univers des voyages, second thème le plus apprécié des internautes après la politique, ce sont généralement les souvenirs de voyage qui donnent naissance aux blogs, que l'on classe souvent dans la catégorie «carnet de voyage». Certains sites ainsi créés ne sont mis en ligne que pour prendre date avec des amis ou de la famille. Les première moutures prennent du temps et, faute d'un savoir-faire graphique, se terminent en modèle pré-établis, peu ou pas consultés, aux graphismes répétitifs et sans imagination. Selon les étudiants qui ont réalisé l'enquête, ces blogs ne durent que le temps du retour. Un an après, 28% de ces carnets ont disparu et près de 80% ne sont plus mis à jour. Ils disparaîtront l'année suivante.
Le phénomène est donc intéressant et décevant. Intéressant pour l'information véhiculée et les échanges générés. Décevant pour la faible fréquentation des sites. Seuls une centaine passeront le cap de la notoriété. Et encore, pour à peine une ou deux années. On le voit, si le net assure, a priori, la diffusion de masse, il faut cependant rester prudent sur ce que représente cette «masse». A en croire le MIT, ce qui manque le plus aux analystes du net (journalistes, gourous de tendances et modes en tous genres), c'est le réalisme. Et cette qualité là, croyez moi, ne se trouve pas forcément sur la toile.

Marc Dandreau
md@vacancespratiques.com

Lundi 9 Avril 2007