Bagdad Deluxe



Des palmiers, du sable chaud, un soleil éclatant et une profonde dimension historique : de parfaits ingrédients pour une bonne recette touristique. Les responsables du comité irakien du Tourisme l’ont bien compris, Bagdad cache un potentiel touristique indéniable si l’on met de côté la guerre civile qui déchire le pays. Affirmant que la situation s’améliore, ils en appellent aux investisseurs pour construire un complexe touristique de luxe au cœur de la capitale.

Les tours opérateurs haut de gamme auront beau fournir gratuitement un gilet pare-balle Valentino à l’arrivée, commercialiser Bagdad comme destination touristique de luxe risque d’être un rien compliqué. Et pourtant, l’office y croit dur comme fer et vient de présenter un projet de plusieurs milliards de dollars pour réaménager "l'île aux mariages", morceau de terre de 2 km² posé au milieu du Tigre dans le sud de la ville. Autrefois populaire, l’île était dans les années 80 particulièrement prisée pour les unions et lunes de miel. Presque trente ans plus tard, l’état souhaite voir renaître les lieux grâce à la construction d’un complexe comprenant un hôtel de luxe, des infrastructures nautiques et balnéaires ainsi qu’un terrain de golf, des villas et des restaurants. Le tout dans le respect du style traditionnel ottoman. De son vrai nom Jazirat al-A'arass, l’île est située dans une enclave ultra-sécurisée de la ville où siège l’essentiel des bâtiments gouvernementaux et l’ambassade des Etats-Unis. Le président du comité irakien du tourisme estime qu’il y a de quoi rassurer les visiteurs. Compte tenu de l’amitié que portent les insurgés aux cols blancs US, l’argument fait sourire. Difficile quoi qu’il en soit de ne pas se laisser bercer par tant d’optimisme et de bonne volonté, mais l’homme pousse un peu loin quand il affirme que le tourisme pourrait un jour mettre le pétrole au rencard et devenir la première source de richesse nationale.

Alexis Dufour
ad@vacancespratiques.com

Lundi 13 Octobre 2008
pub
pub