vacances pratiques


Version imprimable

Aventuriers cathodiques…




Il semblerait que ca chauffe un peu du côté de l’émission phare de M6 Pékin Express. Selon le Canard Enchaîné, la chaîne et la société de production Studio 89 qui produit l'émission semblent très fâchées contre deux ex-collaborateurs qui affirment que l’aventure des voyageurs est conditionnée par « les besoins de l’audimat »…


Qui, des deux anciens salariés ou de la chaîne dit la vérité dans cette histoire importe peu finalement tant le succès de l’émission laisse rêveur. Car même si ces accusations se révélaient exactes, il y a fort à parier qu’elles seraient vite oubliées par les téléspectateurs impatients de savoir si les héros du programme vont arriver au bout…
Pour mémoire et pour ceux d’entre vous qui rentreraient d’un séjour sur la planète Pluton, je résume le principe de l’émission : lâcher dans la nature plusieurs groupes de deux voyageurs qui, s’ils veulent gagner, doivent parcourir un certain nombre de kilomètres avec les moyens de transports du pays et avec un euro par jour en poche. Bon à savoir, les émissions ne se passent pas sous nos latitudes mais au cœur de pays souvent peu ou mal connus pour qui n’est pas un voyageur aguerri, Brésil, Bolivie et Pérou pour la saison actuelle. L’idée de base étant que les aventuriers, sous couvert de découvrir le monde et ses beautés, en « bavent » un maximum et ne confondent pas Pékin Express et le Club Med…
Idiot comme principe ? Loin de nous l’idée d’en débattre. N’étant pas moi-même assidue de l’émission, j’ai interrogé quelques personnes autour de moi dont les réactions ont été plutôt positives : « on voit de beaux paysages… et même si certaines équipes se conduisent comme des Occidentaux sans cervelle, la rencontre avec la population se fait dans un bon esprit… ». Un bon accueil donc pour ce programme de télé réalité version Tintin au Tibet… Au fond de moi pourtant, deux questions demeurent… Qui, de Gérard, Loulou, Eric ou Maïté gagnera cette saison ? Et pourquoi nous, voyageurs occidentaux qui ne manquons de rien, éprouvons-nous le besoin curieux d’aller mendier nos repas auprès de populations qui sont, pour la plupart loin d’avoir notre niveau de vie ? Il paraît que ce type de voyage est un concentré de sensations… Je me demande bien lesquelles ?

Stéphanie Clément
scg@vacancespratiques.com

Vendredi 7 Mars 2008