Attention, le petit oiseau… fait vendre !

De nos jours, y a pas à dire, le vert va bien au teint et, pour être dans le ton, il faut être écolo. Le monde du voyage n’échappe pas un instant à cette nouvelle tendance chlorophylle.



Aujourd’hui, tous les départements français se sont (re)découverts des sentiers de randonnées et toutes nos belles régions rivalisent d’effort pour attirer le chaland à coup de « cui-cui » et de fleurs sauvages. De leur côté, les tours opérateurs ne sont pas en reste : marche en pleine nature, observation de la faune, redécouverte des bienfaits de la vie en plein air dans des habitats respectueux de l’environnement (maisons dans les arbres, yourtes, camping bio…). Sans oublier, bien sûr, les chartes de tout poil qui fleurissent un peu partout dans l’espoir d’éduquer le vacancier au respect des environnements dans lesquels il voyage. Jusqu’à Air France qui cherche à sensibiliser ses passagers à la bio diversité et qui diffuse, à partir d’aujourd’hui et durant tout l’été, un film de deux minutes sur le sujet à bord de ses appareils long-courriers.
Stratégie marketing ou véritable tendance de fond ? Difficile à dire. En tout cas, ça marche ! A condition, bien sûr de ne pas forcer la dose car, ne l’oublions pas, pour le citadin, le voyage est un plaisir auquel il n’aime pas s’adonner avec mauvaise conscience. Sauf cas rares, une semaine de marche, en totale harmonie avec un âne, n’a jamais suffit à transformer un citadin amoureux de son 4X4 en Théodore Monod. Pour l’anecdote, je me souviens d’une randonnée en raquette au Québec cet hiver. J’étais partie avec un couple de Parisiens. Après deux heures de marche à louer le silence et la beauté des lieux, nous arrivons devant un ruisseau qui laisse échapper un filet d’eau. Réaction de ma voisine de marche : « oh, on se croirait chez Natures et Découvertes ».
Tout était dit.

Stéphanie Clément
scg@vacancespratiques.com

Mercredi 31 Mai 2006
pub
pub