vacances pratiques


Version imprimable

Aérien: les cartes se brouillent avec les accords des compagnies aériennes.


La compagnie Air France a ces derniers jours multiplié les annonces de destinations. Le plus souvent, ces vols se pratiquent en "code-share" avec une autre compagnie. Une manière de rentabiliser les vols compréhensible pour le transporteur, mais source de confusion pour le voyageur !



Orlando avec Delta (juin 2011), Novossibirsk notamment avec Aéroflot (à partir du 24 octobre), Canton avec China Southern (à partir du 1er novembre), Air France multiplie les initiatives pour étendre son réseau et permettre aux vacanciers de rejoindre leur destination. Seul problème, si le voyageur choisit Air France, il peut tout aussi bien voyager sur Delta, Aéroflot ou China Southern dans les exemples annoncés. Tromperie sur la marchandise ? Pas vraiment: la compagnie passe des accords commerciaux, tisse des liens de développement et trouve ainsi à partager les risques et les coûts des vols annoncés. C'est sous son "code" AF quelque chose que le vol se pratique, et elle vous fait bénéficier de son programme de fidélité. Mais pourtant le passager, lui, a bien du mal à s'y retrouver. Un vol en Français, c'est l'une des raisons principales pour laquelle le client choisi la compagnie, et s'il vole bien sur Orlando, ce sera dans les conditions et avec le service de la compagnie américaine qui, il faut bien le dire, n'a rien à voir. Avec consignes de sécurité en anglais et un accent incroyable voir incompréhensible pour vous demander quel sera la boisson de votre choix. Et si c'est vers Canton que vous volez, avec China Southern le vol sera obligatoirement en anglais. Enervant.

La chose va se corser vers les Etats-Unis où les compagnies ont presque toutes passé des alliances et des accords de "joint-venture", partage des risques et partage des coûts. Air France travaille donc avec Delta mais si vous essayez de voyager avec British, vous pouvez vous retrouver avec un vol d'American Airlines et si c'est la Lufthansa que vous avez choisie, vous pouvez avoir un vol United, Continental ou Air Canada. Quelle embrouille !
Il n'est pas dit, dans un cas ou l'autre, que vous y perdiez en confort ou en qualité. Mais dans presque tous les cas, ce n'est pas la compagnie que vous avez choisie qui vous transportera. Désagréable, non, ce sentiment d'être un pion dans un avion ?

Anne Le Goff

Mercredi 22 Septembre 2010