vacances pratiques


Version imprimable

A manger pour les poissons…


Voilà une nouvelle des plus fraîches ! Le Freedom of the Seas, le plus gros navire-croisière au monde qui relie la Floride, le Mexique et les Caraïbes, a été victime ce week-end d’une épidémie de gastro-entérite. Selon un communiqué, près de 400 personnes ont été touchées, 338 des 3.823 passagers et 43 des 1.402 membres d'équipage.



Autant de pauvres malheureux qui se sont plaints de symptômes tels que diarrhées, nausées, vomissements… Pour peu que les mêmes souffrent également du mal de mer… Un rêve pour une semaine de vacances.
L’info va sûrement faire sourire du monde, à l’exception des passagers qui se sont retrouvés coincés entre l’infirmerie et les toilettes… Le phénomène n’est pourtant pas si rare. Ainsi, tous les ans, des dizaines d'épidémies d'origine virale s’épanouissent à bord des navires de croisière. Dernièrement, La gastro, toujours elle, avait également fait des ravages à bord du navire "Liberty". Le bateau, qui croisait au large des Caraïbes et de la Floride pour une croisière de 16 jours, avait dû être maintenu à quai le temps de le désinfecter.


C’est vrai que nous n’y pensons pas forcément mais le bateau est un petit monde clos dans lequel, par définition, les virus en tout genre se développent vite et bien… Le capitaine éternue et tout le navire s’enrhume ? Pas tout à fait. Quoique… Imaginez une transatlantique avec, à son bord, une épidémie de varicelle ou d’oreillons… De quoi vous enlever définitivement toute envie d’avoir le pied marin. A l’origine de ces épidémies, une seule personne souvent, qui monte à bord déjà infectée et qui partage, sans le savoir, son virus avec ses petits camarades de jeux… A ce jour et selon nos sources, aucun de ces premiers porteurs n’a encore fini à la mer ancre aux pieds…

Stéphanie Clément
scg@vacancespratiques.com

Mardi 5 Décembre 2006